Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Abyss-ex-pressions

Abyss-ex-pressions

Des tournois de Slam au rap en passant par la prose. Premières scènes à Reims, je m'amuse à Nice depuis peu;-)

Articles avec #prose catégorie

Publié le par Abyss
Publié dans : #Prose

Lire.

C’était un jour de pluie, j’étais cloîtré chez moi, mes parents étaient sortis. Ma nourrice regardait la télévision dans le salon. Mes jouets ne m’empêchaient plus de côtoyer l’ennui, tandis que l’affreuse adolescente m’imposait sans cesse le silence. Suivre sa série télévisée américaine du samedi après-midi, dont la philosophie m’était incompréhensible, était à cette jeune fille ce qu’était à ma grand-mère la messe du dimanche. Le temps devenait long. Aucun volontaire ne répondait présent, personne pour me raconter une histoire. Personne pour me divertir, pour me sauver la vie ! Du haut de mes neuf ans, je m’étais tout à coup souvenu que ma mère m’avait offert un livre de poche la veille au soir. Le destin voulait qu’il ne prenne pas trop longtemps la poussière ! Ce livre était chanceux, mes genoux l’étaient moins. Comme tous les gamins, je courais à toutes les occasions imaginables, et comme tous les gosses qui n’avaient que moyennement intégré leur schéma corporel, mon appréciation du virage précédant l’escalier était faussée. Je le maîtrisais parfaitement d’habitude… Cette fois, je n’avais pu échapper au dérapage incontrôlé, à me prendre les pieds dans un tabouret, et finir fatalement mon vol plané dans un mur en crépis. Mettre les genoux et les coudes en avant, comme pour amortir le choc dans l’espoir que le mur allait s’ouvrir comme une porte, n’avait pu éviter les blessures. Dans ces moments-là, je versais rarement de larmes. J’ai tout de même essuyé les hurlements de ma mégère du samedi qui allait manquer un passage important sur l’histoire d’amour de John et Karen… Me désinfecter et me panser lui était un atroce supplice ! Comme certains adultes l’auraient certainement dit : « tout salaire se mérite par un devoir rempli. » Arrivé à l’étage, dans ma chambre tapissée de bleu, allongé sur mon petit lit douillet, je touchais enfin du doigt l’objectif de ma douloureuse quête.

La couverture en papier glacé était presque aussi froide qu’un glaçon ! Le reste ? Je ne m’en rappelle plus ! Le titre ? Je l’ai oublié ! L’histoire ? Un conte pour enfant dont les héros se sont progressivement perdus et mélangés parmi tous ceux qui ont accompagnés ma croissance. Ce qui est sûr, c’est que ce jour, pour la première fois, je lisais en éprouvant du plaisir. J’avais lu chaque mot, chaque phrase, ligne après ligne, page après page sans en démordre. J’avais dévoré ce livre d’un trait sans me rendre compte que le temps passait, que la nuit tombait, que mes parents étaient rentrés ! Ils me racontèrent plus tard qu’ils avaient tous deux passé un bout de leurs têtes dans l’entrebâillement de la porte. Ils avaient bien sûr tenté de me parler espérant que la liaison radio puisse être établie entre Houston et la lune ! De nombreux samedi suivirent durant lesquels je m’évadais du monde grâce à un roman pour enfant. Evidemment pour le plus grand bonheur de mes parents et la tranquillité de ma nourrice.

 

Teddy. G (Abyss)

 

Publié sur mymajor company lol cliké 

link



 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog